Franck Leriche: the many lives

Born in 1965 in Paris, I grew up in a western classical music family.
My first music memories are related to the playing of my grand mother P.Wavelet, surrounded by the music of Bach to Debussy.
When I was twelve years old, my personal interest for music lead me to a different path. I picked up the guitar and started taking jazz guitar lessons.
I was very lucky to meet and study for three years with Eric Boell who gave me the motivation to become a professional musician.
He encouraged me to pursue my studies at the CIM. One year later, I became the youngest teacher at seventeen.
Meeting Dave Liebman a couple of years later changed my view on improvisation.

Photo: Alain Guerrini 1981

Photo: Alain Guerrini 1981

As many jazz musicians I was very interested by other forms of improvised music, Taksim, Taknavazi and Raga became a part of my daily listening. During the  meantime, I heard a solo oud concert by Fawzi Sayeb. That concert had a huge impact on my musical life, I removed the frets of my classical guitar to emulate the fingerboard of the oud.

As a jazz guitarist, I used to perform regularly in Paris jazz clubs with artists Peter Gritz, Jean Bardy, Denis Badault, Charles Schneider, N’guyen Lé, Lionel Benhamou, Hervé Lavandier, Michel Grailler…
The piano had always been the instrument that I used for composing, so very naturally I felt the need to practice seriously and eventually performed weekly with guitarist Francis Jacob.

I could not find a proper oud in Paris at that time, my dear friend Mohammad-Ali Amir-Moezzi introduced me to târ master Dariush Talâ’ï, I studied persian classical music under his supervision.
In order to have a deeper insight on persian music, I studied vocal radif with singer and ney player Dr.Hossein Omoumi at the Sorbonne university.
Three years later, Hossein Omoumi invited me to perform a concert at Le Café de la Danse with percussionist Majid Khaladj.
During that period I travelled regularly to Istanbul to purchase ouds,  saz and studied on my own.

In 1993, I started teaching at A.R.P.E.J and at E.N.M. du Val Maubuée. Amazing years, teaching many young talented musicians starting their professional life, Pierre Durand, Vincent Jourde, Michael Joussein, Sylvain Rifflet, Sylvain Del Campo, Mathias Castagné, Franck Prevost….
In 1994, I published “Lecture Jazz” a sight reading book. The music was recorded with Aldo Romano, Gildas Boclé and Jean-Michel Pilc.

 

Abdo George nahat oud found in Istanbul 1988

Abdo George nahat oud purchased in Istanbul 1988

The practice of those instruments lead me to create “De Rio à Madras”, a show with percussionist Bruno Caillat. For one year, we toured for the J.M.F. association.
The show focused on modal musics, short stories from the mediterranean and middle east culture.
“Les mille et une facéties de Nassruddin Hodja” with percussionist Keyvan Chemirani was on the road for three years.
As a târ, saz and oud player, I performed with Chemirani brothers, J.G. Queras, C. Zagaria, H.Ayad, M. Bismuth.

During that period, I moved with my family to the south of France.
At the sight of the work I did in our house and to the request of architects J. Ducoli and C. Bal, I created and runned for ten years 
Le Comptoir de la Chaux, a wall design enterprise.

Le comptoir de la chaux 2009

Le comptoir de la chaux 2009

I took a seven years break with the music, which allowed me to have an overview to the different musics I had practiced.
But creation was still a necessity, so I started shaping surfboards under K’logs surfboards brand.

Ten years later, it was time to go back to the music.
I decided to focus on the oud, the central instrument of the cultures I had been involved in.

I travelled intensively from the Basque country to Morocco for eighteen month mixing my passions for music, shaping and surfing.

Photo: Giorgio Tusa, Essaouira, déc. 2015

Photo: Giorgio Tusa, Essaouira, Dec. 2014

Eventually, we bought a house in Essaouira, Morocco and settled there for two years.
As I was close to reach my fifty birthday, I felt it was the right time to record a solo album and to share my music publicly again.
The album was recorded in Essaouira and mixed in Istanbul with the great support of Diala Halloum.
It is dedicated to Lattakia, her birth city in Syria.

Spring 2016, I moved to Istanbul, working on new musical projects.
Concert at Pages with actor Jihad Bakr.
live video
Akthar  solo concert was published on soundcloud end of 2016, right before moving to Stockholm.
The first concert in Sweden happened in Avesta Sjöviks on the 31 of January 2017.

Oud face

Photo : Diala Halloum, Istanbul, May 2016

 

Né à Paris en 1965, j’ai grandi dans une famille de musiciens classiques.
Mes premiers souvenirs musicaux sont liés au piano de ma grand mère P. Wavelet, entouré de la musique de Bach à Debussy. Quand j’ai eu douze ans, mon intérêt personnel pour la musique m’a mené à une voie différente. Je me suis intéressé à la guitare et j’ai commencé à prendre des cours de guitare jazz. J”eu la chance de rencontrer Eric Boell et d’étudier pendant trois années avec lui. Il me donna la motivation de devenir musicien professionnel. Il m’encouragea à poursuivre mes études au CIM. Un an plus tard, j’en devins le plus jeune enseignant à dix-sept ans.

La rencontre de Dave Liebman une paire d’année plus tard changea mon regard sur l’improvisation.
Comme beaucoup de musiciens de jazz, j’étais très intéressé par les autres formes de musiques improvisées. Les Taksim, Taknvazi et Raga devinrent par de mes écoutes quotidiennes. Durant cette période, j’entendis un concert en oud solo de Fawzi Saieb. Ce concert eu un immense impact sur ma vie musicale. Je retirais les frettes de ma guitare classique pour simuler la touche du oud.

En tant que guitariste, je me produisais régulièrement dans les jazz clubs parisiens avec les artistes Peter Gritz, Denis Badault, Charles Schneider, N’guyen Lé, Lionel Benhamou, Hervé Lavandier, Michel Grailler, Jean-Paul Adam, Guillaume Naturel…
Le piano a toujours été l’instrument que j’utilisais pour composer, donc naturellement, je senti le besoin de le pratiquer sérieusement et jouer chaque semaine dans un club parisien avec Françis Jacob.
Je ne pouvais pas trouver un oud de qualité à Pàris à cette époque, mon cher ami Mohammad-Ali Amir-Moezzi me présenta au maître de Târ Dariush Talâ’i. Je commença à étudier la musique classique persane sous sa supervision. Afin d’avoir une vue plus profonde sur la musique persane, j’étudiais le Radif vocal sous les conseils d’Hossein Omoumi à l’université de la Sorbonne.
Trois ans plus tard, Hossein Omoumi m’invita à me produire en concert au Café de la Danse en trio avec Madjid Khaladj.
Pendant cette période, je voyageais régulièrement à Istanbul et y achetais des oud et saz que je pratiquais en autodidacte.

En 1993, je commençais à enseigner à L’ARPEJ et à L’ENM du Val Maubuée. Extraordinaires années, à enseigner à tant de talentueux musiciens qui commençait leur vie musicale professionnelle, Pierre Durand, Vincent Jourde, Michael Joussein, Sylvain Riffletn Sylvain Del Campo, Mathias Castagné, Franck Prevost…
En 1994, je publiais “Lecture Jazz” un ouvrage sur la lecture à vue. La musique fut enregistré en compagnie de Jean-Michel Pilc, Gildas Boclé et Aldo Romano.
La pratique intensive de ces divers  instruments m’amena à crée “De Rio à Madras” un spectacle en duo avec le percussionniste Bruno Caillat, dans le cadre des Jeunesses Musicales de France. Le spectacle se concentra sur les musiques modales et courtes histoires populaires de la culture de la méditerranée et du proche orient. “Les milles et une facéties de Nassruddin Hodja” en duo avec le percussionniste Keyvan Chemirani tourna pendant trois ans.

En tant que joueur de târ, saz et oud, je me produisis avec les frères Chemirani, J.G. Queras, C. Zagaria, H. Ayad, M. Bismuth.

Pendant cette période, je déménageais avec ma famille dans le sud de la France.
A la vue du travail que j’effectuais dans notre maison et à la demande des architectes J.Ducoli et C.bal, je créais et dirigeais pendant dix ans Le Comptoir de la Chaux, une entreprise de design mural. Je pris une pause de sept ans avec ma vie musical, ce qui me permis d’avoir une vue d’ensemble des différentes cultures musicales que j’avais pratiqué. La création étant toujours un besoin, je commençais à shaper des planches de surf sous la marque K’logs.

Dix ans plus, il était temps de revenir à la musique. 
Je décidais de me concentrer sur le oud, l’instrument commun des cultures dans lesquelles je m’étais investi.
Je voyageais intensément du Pays Basque au Maroc pendant dix huit mois, combinant ma passion pour la musique, le shape et le surf.
Finalement, nous primes la décisions de fonder “La Casa del Arte” à Essaouira. Un centre artistique autours de la peinture, la musique, le shape et du surf.
Comme j’approchait de mon cinquantième anniversaire, je senti qu’il étais temps de publier un album de oud solo.
L’album fut enregistré à Essaouira et mixé à Istanbul avec le grand support de Diala Halloum. Il est dédicacé à Lattakia, sa ville natale en Syrie.

Au printemps 2016, je déménageais à Istanbul pour travailler sur de nouveaux projets musicaux, avec Canfezâ Gündüz, Jihad Bakir. Des rencontres avec des musiciens turcs et syriens. 
Akthar, un concert de oud solo enregistré à Istabul, à été publié sur Soundcloud, juste avant de déménager à Stockholm et de me produire à Avesta Sjöviks.